Bien souvent, lors de la construction d’un site internet, on crée un compte Google Analytics afin de recueillir des informations et des statistiques sur les visites, les sources de trafic et le comportement des internautes. En dehors du fait que se contenter d’installer Analytics est loin d’être suffisant (on en parlera dans un prochain article), il existe un problème majeur pour les sites one-page : le taux de rebond. On notera au passage que la réflexion s’étend aux landing pages.

Définitions

Pour les non initiés, commençons par définir ce que sont un site one-page, le taux de rebond et une landing page.

Un site one-page est un site constitué d’une seule page (one, page). Ou deux, parfois. Lorsque l’on crée une page « mentions légales » par exemple, ou le genre de page que peu de personnes visitent. Tellement peu que l’on peut considérer ces pages comme négligeables dans notre cas.

Quant au taux de rebond, c’est le pourcentage de visiteurs qui quittent votre site sans visiter d’autres pages et sans interagir sur votre site. Ils rebondissent. Un peu comme une balle sur un mur au squash. Du moins, en théorie.

Enfin, une landing page est la page via laquelle un internaute arrive sur votre site. Il ne s’agit pas forcément de votre page d’accueil. La problématique étant large, j’y consacrerai surement un ou plusieurs articles à l’avenir.

Et là, ça se complique

Parce que quand c’est trop simple, ce n’est pas marrant. Et puis aussi, et surtout, parce que les sites one-page sont (généralement) longs, puisque tout est sur une seule page.

Forcément, sur Analytics, votre taux de rebond va tourner autour des 100%. A moins que tout le monde s’amuse à rafraichir la page juste pour le plaisir de fausser vos stats, mais c’est peu probable (quoique … au passage, des statistiques, ça se nettoie).

Bref, revenons-en à nos 100% de taux de rebond.

Quel est le problème ?

Le problème, c’est que ces 100% ne veulent absolument rien dire. Vous ne faites absolument pas la différence entre les visiteurs qui repartent dès leur arrivée, ceux qui scrollent/parcourent votre site, ni même ceux qui interagissent avec vous (vous contactent, par exemple).

Et la durée de session ?

Il y a en réalité un petit « fail » avec Analytics. Google ne sait pas réellement combien de temps vous passez sur une page. Il sait simplement à quelle heure vous arrivez sur une page. Lorsque vous visitez une autre page du site, Google calcule à ce moment là intervalle de temps entre les deux ouvertures de pages et considère que vous êtes resté X secondes sur la page précédente. Le problème avec ce type de fonctionnement, c’est que vous n’avez aucune information sur le temps que passe un internaute sur la dernière page de sa session.

Allez plus loin avec Analytics

Nous avons donc deux statistiques parfaitement inutiles : un taux de rebond de 100% et une durée moyenne de session de 0 secondes. Deux statistiques vides de sens. Et j’insiste sur le vide de sens, ces statistiques ne veulent rien dire dans notre cas.

Il est donc primordial de pousser plus loin le tracking pour avoir davantage de données et donc de visibilité sur le comportement de vos internautes. Vous pouvez par exemple savoir jusqu’où une page a été lue, quelles fenêtres (modales, pour les intimes) ont été affichées, si un formulaire a été abandonné en cours de route, si un article a été lu jusqu’au bout … Mais pour cela, vous ne devez pas vous contenter d’installer analytics, vous devez pousser plus loin dans ses fonctionnalités.

C’est généralement à ce moment là que j’interviens. Je publierai surement quelques scripts permettant de récupérer ces informations dans les semaines qui viennent. Pour les plus impatients/curieux, vous pouvez me contacter en cliquant juste ici.

Sur ce, j’ai envie de jouer au tennis !

Sites one-page et taux de rebond

Enfin, on va essayer …

Sites one-page et taux de rebond

Créez votre site professionnel en quelques minutes

Catégories : Tracking

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *